Les troubles anxieux et les troubles obsessionnels compulsifs chez les ainés

Par: Maria Licoudis, Inf. & Gestionnaire des soins

David : « Pourquoi ma mère se lave-t-elle les mains trois fois? Est-ce pour la chance? » Randy : « Pourquoi mon père cache-t-il des boulettes de mouchoirs partout dans la maison? J'en retrouve sous les couvertures, dans le réfrigérateur, sur les chaises et même dans le congélateur! »

ainés dehors avec l'anxiete

Nous faisons tous l'expérience de l'anxiété. Cela est, jusqu'à un certain point, normal et même constructif. Mais cela peut aussi devenir perturbant et invalidant. Les troubles anxieux et les TOC (troubles obsessionnels compulsifs) peuvent prendre la forme de rituels persistants ou de pensées obsessives qui en viennent à contrôler le quotidien. Les ainées ont tendance à éprouver beaucoup d'anxiété, et ce, pour plusieurs raisons. Ils doivent souvent vivre avec plusieurs maladies, souffrent souvent de douleurs et de maladies chroniques, vivent plusieurs deuils, souffrent d'Alzheimer ou de démence et doivent gérer la prise de plusieurs médicaments. Les ainés ont souvent de la difficulté à exprimer leurs problèmes et leurs anxiétés et à y remédier.

Nous faisons tous l'expérience de l'anxiété. Cela est, jusqu'à un certain point, normal et même constructif. Mais cela peut aussi devenir perturbant et invalidant. Les troubles anxieux et les TOC (troubles obsessionnels compulsifs) peuvent prendre la forme de rituels persistants ou de pensées obsessives qui en viennent à contrôler le quotidien. Les ainées ont tendance à éprouver beaucoup d'anxiété, et ce, pour plusieurs raisons. Ils doivent souvent vivre avec plusieurs maladies, souffrent souvent de douleurs et de maladies chroniques, vivent plusieurs deuils, souffrent d'Alzheimer ou de démence et doivent gérer la prise de plusieurs médicaments. Les ainés ont souvent de la difficulté à exprimer leurs problèmes et leurs anxiétés et à y remédier.

Selon le site Web helpguide.org, on divise les comportements obsessionnels compulsifs en cinq grandes catégories :

  • Le nettoyage et le lavage : les personnes qui ont peur d'être contaminées.
  • La vérification : les personnes qui vérifient les portes et les fours à répétition.
  • Le doute : la phobie des imperfections.
  • Le rangement : l'obsession de la symétrie et de l'ordre.
  • L'accumulation : la peur de se départir d'objets de toutes sortes ou du changement.

Le TOC peut être traiter par la thérapie, les antidépresseurs (ou autres médicaments) et par la thérapie familiale. L'objectif est d'essayer de briser le fil de pensées anxieuses découlant de l'anxiété et que seul un rituel peut calmer.

En tant qu'aides-soignantes, nous pouvons commencer par essayer d'aider les ainés à maintenir leur dignité et à garder le contrôle sur leur perte d'autonomie. Lorsqu'ils s'adonnent à leur « rituel », n'essayez pas de les arrêter, mais demandez-leur plutôt calmement ce qu'ils sont en train de faire. Ils ont souvent une raison. Par exemple, la personne qui fait des boulettes de mouchoirs et les laisse un peu partout pourrait être embarrassée à l'idée de baver et de ne pas avoir de mouchoirs sous la main. Selon son raisonnement, de laisser des mouchoirs un peu partout lui évitera cet embarras. Il est important de recueillir des renseignements sur l'anxiété de vos clients pour être en mesure de les rassurer, de pouvoir les rediriger et les détourner de certains de leurs rituels. Plusieurs choses peuvent aider à réduire leur stress et leur anxiété :

  • éviter les lieux vastes et achalandés;
  • introduire les nouveaux environnements avec délicatesse;
  • diminuer la consommation de caféine;
  • faire plus d'exercices et de marche (cela augmente le niveau d'énergie et recentre l'attention);
  • parler de leurs anciennes peurs et de leurs pertes;
  • les laisser s'exprimer et partager leurs émotions (leur faire savoir qu'il est permis de pleurer);
  • bien dormir;
  • avoir une alimentation équilibrée;
  • pratiquer la respiration profonde;
  • recentrer leur énergie sur une activité, une sortie, un film, un appel téléphonique, un casse-tête ou un jeu de cartes.
  • La thérapie cognitive peut aussi aider à trouver des façons constructives de créer un environnement calme et rassurant. Il est important de ne jamais critiquer, désapprouver ou réprimander une personne pour ses comportements. En réagissant avec patience, gentillesse, délicatesse et compassion, nous pouvons contribuer à créer un environnement mieux équilibré et moins stressant. Souvenez-vous que le véritable problème est le TOC et ses rituels, pas la personne.

    Remarque : Ces renseignements sont offerts à titre informatif seulement. Veuillez toujours vérifier auprès d’un professionnel de la santé.


    Participez à la discussion

Nos Sites