Les signes vitaux : ce qu’il faut savoir à propos des ainés

Les signes vitaux constituent un élément d’un grand tout, comme n’importe quel autre aspect de notre santé. Isolés, ils ne sont que des statistiques. Pris ensemble, ils donnent une vision générale de notre santé. C’est encore plus vrai chez les ainés.
Par Soins à Domicile - Juillet 15, 2019

Soins à Domicile Montréal change la façon dont le monde vieillit. Voici le plus récent volet de notre série « Comment et pourquoi », où nous vous présenterons des conseils faciles à comprendre qui vous aideront à mieux vivre le processus de vieillissement. 

Qu’ils soient mesurés par un médecin lors d’un examen de routine ou une fois par semaine par un spécialiste à domicile, ils sont importants. Une hausse, une baisse ou un schéma émergeant, tout le monde doit savoir quoi chercher. 

Pour commencer, il faut comprendre les quatre grandes mesures que regroupe le terme « signes vitaux » :

  • Les fréquences cardiaques
  • La respiration
  • La tension artérielle
  • La température

Conjointement, ils s’avèrent utiles pour une foule de choses, comme pour déterminer l’efficacité d’un médicament, ou encore l’impact d’un programme de thérapie physique sur une personne. 

Vous serez en mesure de faire le pont entre la vie à la maison et l’équipe médicale en recueillant suffisamment d’information pour déterminer les tendances et poser les bonnes questions. 

Voici les paramètres à surveiller et à rapporter au docteur en cas de doute :

1. Le pouls peut varier. 

Le pouls normal ou au repos varie entre 60 et 100 battements par minutes. Mais il peut varier en fonction de nombreux facteurs, c’est pourquoi il est important de savoir comment mesurer la fréquence cardiaque. Le « pouls radial  » est habituellement le plus accessible. Vous pourrez en plaçant deux doigts entre l’os et le tendon sur l’artère radiale (sur la face antérieure du poignet du côté du pouce). Lorsque vous sentez le pouls, comptez le nombre de battements sur une période de 15 secondes et multipliez par quatre pour connaitre le nombre de battements par minute. Si le rythme vous semble irrégulier ou si vous remarquez que le pouls saute des battements, mesurez le pouls de nouveau, mais cette fois-ci sur une minute complète.

Si la fréquence cardiaque est plus élevée que la norme (plus de 100 battements par minutes), il s’agit de tachycardie. Lorsque la fréquence est inférieure à la plage de 50 à 60 battements par minutes, il s’agit d’une fréquence cardiaque diminuée qu’on appelle bradycardie.  Un rythme irrégulier ou des battements supplémentaires peuvent causer des symptômes tels que des étourdissements, des vertiges et même un évanouissement. Bien que ces symptômes ne soient pas très inquiétants pour une personne plus jeune, ils peuvent être un signe avant-coureur d’un problème plus important chez les ainés. 

2. Chaque respiration raconte une histoire. 

La respiration est l’une des fonctions les plus fondamentales du corps. C’est de cette façon que le corps va chercher l’oxygène dont il a besoin et qu’il fait sortir les toxines, comme le dioxyde de carbone. Bien qu’à priori la respiration semble très simple, mais la façon dont une personne respire et ce qu’elle révèle sur sa santé ne l’est certainement pas. 

Qu’il s’agisse d’asthme, de pneumonie, d’emphysème, d’une MPOC ou même de cancer du poumon, les maladies respiratoires sont sérieuses, surtout chez les ainés. Rester à l’affut des signes de problèmes peut vous aider à éviter les problèmes respiratoires à temps.

La qualité de la respiration est importante. Entendez-vous de sifflements ou des soupirs? Quelle est son amplitude et, tout aussi important, quelle est sa fréquence? La fréquence de respiration normale est de 12 à 20 respirations par minute. 

Les schémas sont aussi un indice. La respiration haletante suivie d’une pause, puis d’une expiration brève et trop courte peut indiquer un problème plus important. Prenez note de tout ce qui sonne ou semble anormal. La peau grise ou d’une coloration anormale peut également être un signe qu’une personne ne reçoit pas suffisamment d’oxygène. 

3. Qu’elle soit haute, qu’elle soit basse, la tension artérielle est un indicateur important de la santé en général. 

La tension artérielle change avec le temps et peut augmenter avec l’âge, particulièrement après 50 ans. Ce que plusieurs personnes ignorent, c’est que la tension artérielle change au cours d’une même journée. Elle est plus basse le matin, augmente et atteint son maximum en début de soirée. Elle est affectée par tout, de l’exercice à la peur. La tension moyenne d’un adulte se situe autour de 120/80.

Familiarisez-vous avec la norme chez les ainés dans votre vie. Souvenez-vous qu’elle fluctue au cours de la journée. Si un ainé s’exténue, sa pression devrait revenir à la normale dans les cinq minutes, attendez donc quelques minutes avant de reprendre une nouvelle mesure. Restez à l’affut de l’hypertension (trop élevée) ou de l’hypotension (trop basse) et rapportez toute anomalie au médecin. 

4. Lorsque le corps se réchauffe ou se refroidit, quelque chose de plus grave pourrait être en train de se passer. 

La fréquence cardiaque, la respiration et la tension artérielle ont tendance à voler la vedette et on oublie souvent de surveiller la température corporelle. 

En vieillissant, le corps perd des cellules adipeuses sous la peau ce qui explique qu’on devienne frileux avec le temps. Mais les variations de température qui nécessitent plus qu’un chandail de laine doivent être contrôlées et recontrôlées.

Une température corporelle inférieure à 35ºC (95ºF) peut indiquer une réaction à un médicament ou une maladie et mérite d’être reprise. À l’autre extrême, on parle de fièvre chez un ainé lorsque la température dépasse 37,8ºC (100ºF). Ce pourrait être le signal qu’une personne combat une infection ou un autre problème médical. Vous devriez avoir ces deux possibilités dans votre mire. 

Mot de la fin

La fréquence cardiaque, l’amplitude et la fréquence de la respiration, la tension artérielle et la température corporelle offrent un aperçu essentiel sur l’état de santé d’une personne. Ils constituent des indicateurs cruciaux qui peuvent nous renseigner sur le bienêtre physique ou psychologique d’une personne. Lorsque les spécialistes de la santé prennent les signes vitaux, ils en apprennent davantage sur l’état dans lequel le patient se trouve. Vous pouvez jouer un grand rôle dans cet ensemble en apprenant ce qu’il faut surveiller à la maison entre les visites et en posant des questions si vous remarquez quelque chose qui semble ne pas aller.

Partager cet article