Rx proche aidant : plus qu’une simple question

Poser des questions pour obtenir le meilleur modèle de soins.
Par Soins à Domicile - Septembre 30, 2019

Soins à Domicile Montréal change la façon dont le monde vieillit. Voici le plus récent volet de notre série « Comment et pourquoi », où nous vous présenterons des conseils faciles à comprendre qui vous aideront à mieux vivre le processus de vieillissement. 

Offrir des soins exige de l’équilibre. Plus de 8 millions de Canadiens doivent concilier travail, tâches ménagères, enfants et engagements divers tout en prenant le temps de s’assurer que les ainés dans leur vie sont bien entourés.

Les recherches démontrent que de vivre à la maison peut aider les ainés vulnérables à maintenir leur qualité de vie. Cela peut aussi apporter une meilleure paix d’esprit à la famille élargie. Pourtant, il est parfois difficile de trouver une façon d’atteindre un tel objectif. Tout, de la planification de l’horaire à la dynamique familiale, peut devenir un obstacle à maintenir un ainé à la maison. La clé est de collaborer avec les autres personnes concernées afin de découvrir la meilleure approche pour votre famille. 

Pour établir un plan de soins à domicile complet qui convient à tout le monde, poser les questions clés est un excellent point de départ. Des réponses honnêtes et sincères peuvent permettre d’établir un plan de soins qui soit faisable et soutenable. Nous vous proposons 4 questions à poser aux membres de votre famille pour vous aider à ouvrir un meilleur dialogue avec eux et à commencer à esquisser un plan de soins à domicile personnalisé :

Question no1 – De quel type d’aide avons-nous besoin? 

Tous les plans de soins sont uniques, parce que toutes les situations sont uniques. En creusant bien et en vous demandant de quoi votre proche a vraiment besoin sur une base quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, vous aurez fait un bon pas dans la bonne direction.  La plupart des proches aidants offrent surtout des moyens de transport. Plus de la moitié d’entre eux aident leur proche avec les travaux ménagers. Les repas, les soins personnels et médicaux se retrouvent en tête de liste des tâches que les proches aidants effectuent le plus pour leur proche. Qu’est-ce que votre proche arrive à faire? Qu’est-ce qui lui donne du fil à retordre? Dresser une liste vous aidera à bien définir le type de soins dont vous aurez globalement besoin.

Question no2 – Qu’est-ce qui vous empêche de dormir la nuit? 

Les inquiétudes qui vous rongent l’esprit doivent être évacuées. Certaines familles sont surtout préoccupées par l’isolement d’un ainé et le manque d’occasion pour  lui ou elle de faire la conversation. D’autres familles sont surtout préoccupées par le risque de chute, puisque c’est déjà arrivé. Toutes ces préoccupations sont valables. L’isolement et la solitude ont de réels effets sur la santé. Les recherches démontrent que nous avons besoin d’amis pour survivre. Les chutes ne sont habituellement pas des évènements isolés. Selon les statistiques, 40 % des clients en soins à domicile qui ont chuté une fois chuterons à nouveau dans les 90 jours suivants. Peu importe la partie de votre rôle de proche aidant qui vous empêche de dormir sur vos deux oreilles, elle doit être discutée en famille et prise en considération. Il y a de bonnes chances que les craintes des autres membres de votre famille soient semblables aux vôtres et que vous renforcerez ainsi le besoin de les évaluer et les intégrer dans le type de plan de soins que vous choisirez en fin de compte.

Question no3 – Quelle quantité de soins pouvons-nous réalistement fournir nous-mêmes? 

Nous sommes programmés pour vouloir tout faire. Les soins à une proche ne font pas exception. Mais dans les faits, trouver l’équilibre entre les soins à apporter à un ainé et tous les autres aspects du quotidien peut être difficile. Cela prend du temps, des ressources et une planification rigoureuse pour vous assurer de ne pas tomber de haut. Être proche aidant est exigeant. C’est encore plus difficile si votre proche est atteint de démence; on rapporte des taux de stress, de dépressions, d’isolement social et de problèmes de santé chroniques plus élevés. Il est plus que bon de se demander sérieusement ce que vous et les membres de votre famille pouvez véritablement fournir comme soutien, c’est fondamental. Soyez précis et ouvert au sujet des heures que vous pouvez invertir, des moments où vous pouvez aider et des types de responsabilités que vous pouvez accepter. En discutant de ces sujets en famille dès maintenant, vous pourrez contribuer à prévenir un épuisement, ou pire, par la suite. 

Question no 4 – Comment combler le fossé? 

La connaissance apporte le pouvoir. Au fur et à mesure que vous déterminez quels sont les besoins de votre proche, vos inquiétudes et jusqu’à quel point vous pouvez (ou ne pouvez pas) aidez, vous verrez des vides apparaitre. La prochaine étape sera donc de déterminer les domaines où vous avez le plus besoin d’aide, discuter de votre budget pour l’obtenir et d’évaluer les options qui s’offrent à vous et votre famille.

Les options à échelle variable en soins à domicile font en sorte qu’il existe plusieurs façons d’aller chercher le maximum d’aide de l’extérieur. Une bonne évaluation des fournisseurs de services à domicile vous permettra d’en apprendre sur les plans de soins offerts par les fournisseurs, de comprendre la façon dont vous allez travailler ensemble et d’être à l’aise avec les options choisies. Vous pouvez combler les besoins que vous ne pouvez combler par vous-même en explorant les possibilités qui s’offrent à vous dans la communauté élargie comme les organisations à but non lucratif ou les services publics. Mais avant d’en arriver là, il est important d’avoir les conversations de base pour déterminer ce dont vous avez besoin, ce qui vous inquiète  et ce que vous pouvez faire vous-même. Il est important de ne pas négliger ces premières étapes, car vous pourriez prendre des décisions sans connaitre tous les faits. Brosser le portrait de soins complets demande qu’on s’attarde aux détails. C’est ainsi qu’on peut établir un plan qui fonctionne bien pour tout le monde, plus particulièrement pour l’ainé au centre des discussions.

Références

Gouvernement du Canada 

Statistique Canada

Health Council of Canada

Government of British Columbia

Psychology Today

Mayo Clinic

Partager cet article