Immunité et Alzheimer : le processus de guérison de votre cerveau

Nous sommes à une époque où les études portant sur les maladies neurologiques sont très prometteuses. La vitesse à laquelle les recherches neurologiques avancent est stupéfiante. Cet article vise à vous informer des résultats de certaines études relativement récentes et vous donner une meilleure perspective sur les causes de la maladie d’Alzheimer. Nous vous invitons à améliorer votre compréhension et votre appréciation des travaux de la communauté scientifique dans le développement des traitements de la maladie d’Alzheimer.
Par Soins à Domicile - Avril 01, 2019

Soins à Domicile Montréal est la seule agence de soins à domicile abordant le processus de vieillissement de façon novatrice et scientifique.  Voici le plus récent volet de notre série Recherches où nous vous présentons les plus récentes nouvelles et les résultats des dernières recherches sur le vieillissement, la santé et les soins à domicile.

En quoi consiste le système immunitaire de votre cerveau?

Les scientifiques ont du pain sur la planche, car ils tentent de déterminer quelle piste de recherche produira les résultats les plus probants pour les patients. La plupart des recherches sur la maladie d’Alzheimer portent sur le ralentissement du développement des plaques toxiques de bêtaamyloïde dans le cerveau. Aucune corrélation directe entre l’augmentation des pertes de souvenirs et l’augmentation des plaques bêta-amyloïdes dans le cerveau n’a pourtant été établie. Les traitements médicaux subséquents ne fonctionnent pas pour les patients. Face à ces résultats, certains chercheurs prennent un peu de recul. Ils explorent désormais la possibilité que le système immunitaire du cerveau qu’on appelle la microglie puisse permettre de développer de nouveaux traitements plus prometteurs.

Le cerveau possède son propre système immunitaire? Ouaip. La microglie est un type de cellule qui nettoie les cellules mortes et les autres débris inflammatoires dans le cerveau, tels que les plaques amyloïdes. Lorsqu’une inflammation se développe dans le cerveau à cause d’une maladie ou d’une blessure, plusieurs protéines viennent à la rescousse et forment des plaques. Ces occurrences impliquent que la neuro-inflammation pourrait être le point de départ de la maladie d’Alzeihmer et d’autres problèmes neurodégénératifs. Les chercheurs poussent désormais plus loin et tentent de dépasser ce qui semble avoir été une approche incomplète. Le questionnement porte désormais sur la façon dont le cerveau se guérit et les raisons pour lesquelles il arrête de le faire.

Lecture (en anglais) : Epigenetics: Change Your DNA to Avoid Alzheimer’s?

Immunité et Alzheimer : en quoi sont-ils connectés?

Les recherches en neuro-immunologie du Dr Jonas Neher du German Center for Neurodegenerative Disease à Tübingen en Allemagne portent principalement sur le rôle de la microglie dans le développement de la maladie d’Alzheimer et le processus de vieillissement. Il se penche sur la capacité de la microglie à développer une mémoire immunitaire et ses effets sur la neuropathologie.

Le Dr Neher a observé que lorsque le cerveau est aux prises avec une inflammation, les cellules microgliales interviennent. Sauf que si le cerveau est confronté avec le même type d’inflammation une seconde fois, la microglie apprend à normaliser l’inflammation. Le résultat est qu’elle cesse de « nettoyer » et de combattre cette blessure. En d’autres termes, la microglie « apprend » à reconnaitre l’inflammation comme étant normale. Par conséquent, les inflammations subséquentes sont « normalisées » et acceptées par la microglie. Cette observation nous éclaire sur une des raisons possibles qui font en sorte que le système immunitaire semble incapable de réagir et ne pas répondre à l’augmentation des protéines amyloïdes et des enchevêtrements de tau.

Il y a aussi Beth Stevens, Ph. D., du Boston Children’s Hospital. Elle est l’un des chercheurs qui veulent aller chercher au-delà de l’augmentation des plaques amyloïdes dans le cerveau. Dre Stevens examine la perte marquée de synapses dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Les synapses permettent la transmission d’informations entre les neurones et sont vitales dans le processus de formation de souvenirs. Dre Stevens a étudié la microglie et la façon dont elle détruit les synapses inutiles alors que le cerveau vieillit. Il arrive un certain moment où les cellules immunitaires semblent devenir confuses et arrêtent de détruire les synapses marquées par une protéine appelée C1q. La question qu’on se pose désormais est : pourquoi? Qu’est-ce qui fait en sorte que la réponse immunitaire du cerveau ne suffit plus à nettoyer le cerveau et permet aux vieilles synapses et aux dépôts toxiques de s’accumuler? Ici encore, il semblerait que ce soit une connexion fonctionnelle entre le système immunitaire et le système nerveux central qui soit en cause.

Voici deux fascinants exemples d’approches qui pourraient nous permettre de résoudre l’énigme que pose la maladie d’Alzheimer. Qu’est-ce qui déclenche le système immunitaire et l’incite à équilibrer la santé du cerveau? Les cellules immunitaires du cerveau finissent-elles par apprendre de la même façon que le cerveau? Il semble plausible sur plusieurs plans que dans toute sa complexité, le cerveau a la capacité d’apprendre. Mais comme chacun d’entre nous, il n’est pas garanti que l’information apprise ou l’action entreprise soit la bonne, et ce, même si nous avons la faculté d’apprendre et de nous développer.

En lisant ces études et en réfléchissant aux causes ultimes de l’Alzheimer, on ne peut s’empêcher de souligner l’importance d’adopter un mode de vie sain. Nous devons éviter de façon proactive les substances et les activités qui causent ces inflammations à la base. Comment nous alimentons-nous? Combien de temps dormons-nous? Faisons-nous suffisamment  d’exercices? Apprenons-nous à bien gérer notre stress? Les chercheurs, eux, ont la possibilité de se plonger dans la matière grise, tandis que nous, nous avons la capacité de faire nos propres recherches dans le but d’éviter les inflammations de toutes sortes.

RéférencesHow the Brain’s ‘Immune Memory’ may Lead to Alzheimer’s Peripheral immune system in aging and Alzheimer’s diseaseAlzheimer’s Disease

Partager cet article